Présentation

L' hypnose, la Joconde, le flou et les cacahuètes du singe

Paul Sidoun

Résumé de la présentation

Il y a longtemps que l’hypnose nous a montré que les représentations que nous nous faisions du monde étaient plastiques. L’imaginaire, celui que nos patients produisent spontanément comme celui dans lequel nous les entrainons, peut influer sur leurs ressentis autant, si ce n’est plus que le monde extérieur ne le fait
Il n’y a pas d’expériences sans références dit Finkielkraut. Encore faut-il savoir à quelle bibliothèque on confie son destin, rajoute t-il. Dès qu’il y a intervention, il y a problème de déontologie et sans doute d’éthique. Problèmes véritablement difficiles à trancher.
Et puis il y a cette phrase de Nietzsche : Nous avons la ressource de l’art, de peur que la vérité ne nous fasse périr.
En hypnose onirique, l’apparition d’images faisant référence à des productions artistiques est fréquente. Images cinématographiques, peintures, quelquefois musiques.
Quand on rentre dans la compréhension de ces références, on touche à ce qu’il peut y avoir de plus personnel dans le contact d’un être avec l’art comme quelquefois avec ce qu’il y a de plus universel.
Le cri de Munch et l’angoisse, évidemment mais aussi, l’incitation à la confusion en regardant la Joconde ou la bizarrerie des flous colorés de Rothko. Inspirations, imaginaire collectif, archétypes, images de schèmes structurants de pensée rigidifiés ou libération de vitalité, on peut percevoir beaucoup de ce qui porte un être. Certaines interprétations peuvent être éclairées par les neurosciences, d’autres seulement par le dialogue et la sensibilité partagées par le patient et son thérapeute.

Présentation de l'intervenant

Paul Sidoun est psychiatre. De sa formation, de ses voyages et des multiples influences auxquelles il s’est exposé, il a développé au fil des années une synthèse des connaissances disponibles cherchant ainsi à dépasser les clivages et les querelles de chapelle. Il a été professeur de psychiatrie à l’Université de Montréal et enseigne les approches modernes de l’hypnose à l’institut français d’hypnose à Paris. 

Objectifs pédagogiques

Bibliographie

  • Ramachandran Vilayanur : Le cerveau fait de l’esprit. Dunod, 2011
  • Sidoun Paul : Hypnose onirique I Editions Satas 2020
  • Poliakow Oleg : L’éveil de l’âme en thérapie. L’Harmattan 2020
  • Arasse Daniel : On n’y voit rien, Folio Essais, Gallimard 2003
  • Lemarquis Pierre : L’impact du beau sur le cerveau
  • Naccache Lionel : Le cinéma intérieur, Odile Jacob, 2020

Quand ?